En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Thérapie familiale, de couple


Que se passe-t-il à huis clos dans un couple, au sein d’une famille ?
La même chose que ce qui se passe intérieurement ou qui s’est passé jadis pour moi…
Pourquoi mes conflits intérieurs ne transpireraient-ils pas à l’extérieur de ma structure, projetés sur un, des autres ? Et quel serait le meilleur partenaire pour partager mon intimité que mon compagnon, mon alter ego, mon enfant…
Je reçois des couples, des familles tout d’abord ensemble afin de repérer chez l’un comme chez l’autre les projections, les transferts. Puis nous travaillons individuellement soit au sein de mon cabinet soit avec un autre psychanalyste.
 

Les souvenirs ?

[…]Il ne faut pas croire que parce que nous sommes plus avancés dans l’âge que l’enfant que nous fûmes, que nous ne le sommes plus. Ce petit enfant sommeille en nous. Nous le portons avec son enfance, son cortège de malaises, de blessures, de souffrances... et heureusement ses bons souvenirs. Il affecte la plupart de nos relations avec les autres et souvent à notre insu[1]. Cependant, je suis comme amnésique, je me souviens de si peu de choses et ce dont je me souviens n’est peut-être pas un matériau fiable compte tenu que cet enfant me raconte des histoires, mélange les époques, déforme la réalité à laquelle il a eu si peu accès. Ma mémoire est un désert parsemé d’étoiles qu’illuminent des souvenirs en aller. Une sorte de tissu foré par des traumatismes. Les oripeaux du passé que nous nommons « souvenirs », sont souvent reconstruits, faits de bric et de broc, comme une nouvelle peau. C’est une marée de trous, les souvenirs d’enfance, un palimpseste, une sorte de manuscrit qu’un autre, intérieur, a réécrit. Et c’est un flux continu d’écailles de vie qui éclabousse nos mots, asperge notre langue, découpe notre corps. Ces éclats de vies surgissant du passé, ces bribes d’autres, enfermés dans nos mots, forment la plupart de nos maux. Ces symptômes qui affectent notre quotidien ne sont pas de simples troubles du comportement[2], tels des icebergs ils ont une vie souterraine intense, ont un sens qu’il s’agit de décrypter tel un rébus, car ils ont une logique. Mais comment faire, par où commencer ? En fait, ne sont-ils pas là pour nous masquer une autre réalité ces chers souvenirs[3] dont je me repais, pour maintenir enfoui, caché ce qui fut jadis si pénible ? Cette « émotion » refoulée n'a pas pour autant disparue de la vie psychique, bien au contraire. Malgré qu'elle soit transparente à ma conscience, elle agit souterrainement, parfois en réseau et génère tout un tas de comportements étranges comme le démontrent certaines phobies. C'est tout cela que Freud va mettre au jour, la partie cachée de Dr Jekyll[4] que nous sommes tous, Mister Hyde. Comme ce qui se trame derrière nos actes, nos mots, derrière la raison, derrière nos symptômes[5], sous nos rêves[6], nos illusions, dans les petits faits de la vie quotidienne[7], jusqu'à nos mots d'esprit[8], notre humour... La découverte de Freud est tout aussi importante et critiquée que le fut celle de Pasteur avec ses micro-organismes invisibles à l'œil nu. L'être humain est dominé par une instance invisible, est scindé[9] en deux, plus précisément en trois[10]parties. Ainsi, Freud élabore à partir d'observations cliniques de ses premières patientes, l'hypothèse de l'inconscient comme un savoir non su et tel l'archéologue qui, à partir d'un petit caillou, découvre une ville, une civilisation enterrée, Freud pratique de même. En soulevant les couches superficielles de la Raison, à partir d'un mot raté, d'une chaîne associative de mots, d'un acte manqué, d'un rêve, d'un fantasme... Il découvre un univers souterrain architecturé, en établit une logique, une technique, la psychanalyse. Quelques années plus tard, Jacques Lacan démontrera que "L'inconscient est structuré comme un langage", inventant une topologie propre à l'inconscient, en établissant dans la structure psychique trois registres : Réel, Imaginaire, Symbolique, plaçant en son centre non pas le Désir mais ce qui en est la cause, l'objet[11]petit a […]
 
[1] Inconscient
[2] Comme cela est décrit dans les "Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux" D.S.M. 1,2,3,4,5...
[3] "Les souvenirs écrans" Sigmund Freud
[4] Dr Jekyll et M. Hyde film de Victor Fleming, réalisé en 1941
[5] Inhibition-Symptôme-Angoisse" S. Freud
[6] "L'interprétation des rêves" S. Freud
[7] "Psychopathologie de la vie quotidienne" S. Freud
[8] "Le mot d'esprit et sa relation avec l'inconscient" S. Freud
[9] Spaltung in "Entwurf" S. Freud
[10] Moi - Ca - Surmoi 1923 " Le moi et le ça" S. Freud
[11] L'objet petit a J. Lacan